mardi 22 décembre 2015

Des ravines de Mars ne seraient pas causées par de l'eau liquide.


C'est de la glace carbonique, et non des écoulements d'eau liquide, qui seraient responsables des mystérieuses ravines observées sur les pentes de Mars, d'après une étude française.

L'eau liquide, un des éléments-clés pour l'apparition de la vie, "ne serait pas impliquée dans la formation des ravines. Ces travaux remettent donc en question l'idée que ces régions aient pu être propices à la vie dans un passé récent", selon le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) français.

Basses températures

Récemment, des images de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter ont montré que de nouveaux chenaux se formaient à des saisons où les températures étaient beaucoup trop basses pour que de l'eau, même salée, puisse former un écoulement liquide. "A -135 degrés Celsius, c'est impossible", déclare François Forget, chercheur CNRS au Laboratoire de météorologie dynamique et auteur de l'étude publiée lundi dans la revue Nature Géoscience.

En revanche, l'apparition des chenaux semblait se produire lorsque de la glace carbonique, qui se formait l'hiver par la condensation du CO2 (principal composant de l'atmosphère martienne), était présente sur le sol de la planète.

Les découvertes de la NASA pas contredites

La recherche ne contredit pas les annonces spectaculaires de la NASA fin septembre, selon lesquelles de l'eau liquide, sous forme de "ruisseaux de saumure", coulerait par moments dans certaines régions de Mars.

Les ravines étudiées par les chercheurs français sont présentes aux moyennes latitudes de Mars, sur les pentes froides, orientées vers les pôles jusqu'à 30 degrés de latitude. Les annonces de la NASA portaient sur des traces sombres que l'on trouve sous les tropiques durant l'été, sur les pentes les plus chaudes de Mars.